Colibri, à propos de fraudes au miel

Le miel, un des produits alimentaires le plus sujet à fraudes.

Macro sur Miel susan-wilkinson-ReiMJUT19uI-unsplash

Quelles fraudes au miel officielles ?

On distingue 2 types de fraudes pratiquées sur le miel, l’objectif bien sur étant de maintenir des prix bas.

  • Les fraudes concernant la qualité du produit : le produit analysé ne peut être défini comme du miel au regard des dispositions de la Directive Miel.
    Les critères de la réglementation ci dessous ne sont pas tous atteints.
  • Les fraudes concernant la description du produit commercialisé : le produit répond à la définition du miel mais l’étiquette apposée ne correspond pas au produit et/ou n’est pas conforme à la Directive Miel.

Concernant les miels importés

La loi impose de mettre les pays d’importations par ordre de % décroissant.

Dans l’exemple ci contre, il y a 1 % de miel français. Par contre, la cocarde tricolore est apposée sur le pot, et il y a une allusion à plusieurs génération d’apiculteurs (qui ont sans doute mis les 1% français !).

D’où l’intérêt d’avoir une marque réservée pour les productions locales : une marque miel amateur

Extrait de "un blog pour les abeilles"
Graphique des importations miel sur 5 ans

D’autre part, le pays officiel d’importation est selon les douanes, le pays de la dernière provenance, c’est à dire celui par lequel le miel passe en France.
Par exemple, un miel importé d’Espagne, peut en fait avoir été importé  d’Argentine en Espagne, et auparavant importé de Chine en Argentine.
Donc Chine –> Argentine –> Espagne –> France, et obligation de mettre la dernière provenance sur l’étiquette.
En résumé, un miel chinois sera affiché origine Espagne dans cet exemple.
Ou bien Chine –> Ukraine –> France, et cette fois le miel Chinois deviendra “Ukrainien”

Plus de détails sur les fraudes au miel

Et la réglementation ?

Les caractéristiques de la composition à analyser sont fixées par décret, à savoir :

  • la teneur en sucres : fructose, glucose et saccharose ;
  • la teneur en eau ;
  • la teneur en matières insolubles dans l’eau ;
  • la conductivité électrique ;
  • les acides libres ;
  • l’indice diastasique et la teneur en hydroxyméthylfurfural (HMF)

Or aujourd’hui, on peut reconstituer un mélange de sirop de sucres répondant à ces critères.

Miel de synthèse

Ainsi, pour reprendre l’exemple d’importation ci dessus, un “miel” chinois peut être reconstitué en mélange selon ces critères spécifiques, et importé par exemple via l’Espagne.

Ce mélange pourra même porter la mention « * conformément à la réglementation en vigueur » ou « * contrôlé par un laboratoire certifié »,  et ne constituera donc pas une fraude  / réglementation française. Et pourtant il n’a jamais vu une abeille.